Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 octobre 2011 1 03 /10 /octobre /2011 23:10

 

Ah ! Les grands déplacements sans les enfants, d'abord, on se dit que ç va être long, qu'ils vont nous manquer, que ça va être terrible.

 

Et puis, on y va, on part.

Un peu triste... 3min.

 

18h42 : dans le train, on pense au petits... et au papa qui est en train de donner 4 bains en même temps. Être d'un coup moins triste !

 

19h08 : on pense aux petits... et au papa qui gère les 3 repas des grands et le bib de la petite dernière... se sentir, comment dire ? Légère.

 

19h09 : dans le train toujours : on sort enfin le bouquin qu'on avait envie de lire... cet été.

 

20h12 : S'apercevoir que non seulement on a oublié d'appeler les enfants pour souhaiter une bonne nuit et qu'en plus, comme le téléphone était sur vibreur, on n'a pas entendu que les enfants avaient essayé d'appeler.

 

20h12 et 30 secondes : hésiter à rappeler, et se dire que de toute manière, ils sont déjà couchés, que ce serait dommage de les réveiller et que de toutes façons, ils survivront.

 

20h13 : replonger dans son bouquin.

 

20h22 : halte à Marne la Vallée : mais qu'est-ce que c'est que ces chiards qui crient et qui ne sont même pas à moi... se sentir cernée par des dizaines de petites princesses qui crient parce qu'elles ont faim/envie de faire pipi/ un grand besoin de dormir/ perdu leur ballon Mickey qui est allé se coller aux dizaines d'autres ballons Mickey contre le plafond de la gare.

 

20h26 : une des petites princesses vient de mettre un coup de pied volontaire dans mon sac de réserves alimentaires (ne pas crier dessus, on ne connaît pas cette charmante enfant). Fuir le hall aux princesses, aller dans les fins fonds de la gare... mais qu'est-ce qu'il fout ce TGV, pourquoi il est en retard ???

 

20h28 : prendre conscience qu'il est potentiellement possible qu'on se retrouve dans le même compartiment qu'une petite princesse (en plus quand ça a avalé des bonbecs toute la journée, il est probable que la petite princesse perde toute tenue et vomisse). Arrêter d'y penser.

 

20h36 : ranger son bouquin : mais pourquoi ils font des gosses tous ces gens, ils se rendent pas compte qu'on est peinard sans gamins ?

 

00h12 : arriver à destination, s'écrouler sur son lit d'hôtel. Dormir... se réveiller toutes les heures et demi, parce qu'on a pris le rythme depuis depuis la naissance de la petite dernière... c'est pourri le rythme.

 

07h42 : descendre prendre le petit déj dans la salle commune, entre adultes encore à moitié endormis... pas de bruits, mis à part celui de la mastication.

 

07h49 : horreur ! malheur ! un couple avec des enfants en bas âge (non mais, ils ont pas école ceux-là) entre dans le restaurant de l'hôtel. Et pourquoi, ils viennent se coller à la table juste à côté de la mienne, j'ai un aimant à marmots ou quoi, y'a de la place partout, pourquoi moi ??? Accepter les excuse de la mère qui bredouille : vous savez... les enfants...

 

Ben non, aujourd'hui, on ne sait pas, des gosses, aujourd'hui, on n'en a pas.

 

08h20 : sortir de l'hôtel (en avance... et oui, d'un coup, on arrive à faire les choses plus vite que d'habitude)

 

08h21 : se rendre compte que l'hôtel est en face d'une école... se dire qu'il y a une malédiction ! Ne pas crier sur les enfants qui vous bousculent parce que vous attendez au milieu du trottoir, en face de leur école... mais qu'est-ce qu'elle fout là cette école, depuis quand on met les écoles devant les hôtels ???

 

12h30 : Manger avec les stagiaires, chercher un stylo dans son sac et en ressortit... le râteau playmobil... penser aux enfants, montrer les photos des enfants, parler des enfants jusqu'à en insupporter les stagiaires.

 

13h30 : acheter les Bretzels qu'on avait promis aux enfants.

 

18h45 : penser qu'on va trouver le retour bien long.

 

19h43 : appeler les enfants un peu plus tôt que prévu.

 

21h12 : qu'est-ce qu'il fabrique ce train ? C'est un TGV ?? N'a pas l'air d'avancer bien vite pourtant...

 

22h32 : arriver à gare, sauter dans un taxi, rentrer à la maison, féliciter rapido le papa pour la nuit galère passée à gérer les gamins. Monter les escaliers. Regarder ses petits dormir. Résister à la tentation de les réveiller. Redescendre. Disposer les bretzels sur la table. S'endormir en se disant que c'est bon d'être à la maison.

 

00h12 : se réveiller en sursaut parce que la petite dernière a perdu sa tétine... lui sourire

 

03h34 : se réveiller... tétine... se demander quand on repart...

 

P1040590

Partager cet article

Repost 0
Published by 4enfants2bras - dans Au boulot !
commenter cet article

commentaires

France 18/06/2014 18:04

Les enfants sont un tel bonheur... Mais il ne faut pas pour autant négliger sa carrière, et un déplacement professionnel est souvent un bon moyen de montrer sa valeur !

Atoll 19/10/2011 20:27


Une autre personne lit aussi votre blog par chez nous...
Ouaip je sais ça fait un peu private joke du coup... (surtout le grognon en fait donc rien de déterminant dans mon commentaire...)


4enfants2bras 19/10/2011 21:30



Pas de soucis ! (ça me soulage le cerveau de savoir que ça ne s'adressait pas à moi... je cherchais, je cherchais... et je ne cherche plus !!!Merci donc pour ce temps de cerveau désormais
disponnible ! )



Atoll 18/10/2011 10:14


Le grognon c'est Atoll... ;) Comprenne qui pourra hihihi...


4enfants2bras 19/10/2011 17:44



??? oh ! ben j'ai pas compris... soit j'ai le cerveau d'une huitre (ce qui est largement probable vu mon étât de fatigue), soit, je n'ai pas toutes les cartes en main... un indice peut-être ???



derniersourire 17/10/2011 09:59


eh oui ils vont nous rendre dingue les enfants..quand ils sont la on aimerait etre seule bien tranquille et quand ils sont pas la on aimerait les avoir avec nous... ils vont nous rendre dingue sans
meme le faire expres!


4enfants2bras 17/10/2011 20:26



tout le paradoxe de la maternité (et aussi de la paternité...)



Atoll 16/10/2011 21:02


Atoll, solidaire des papas de nuit et des mamans aussi, même s'il est souvent grognon...


4enfants2bras 17/10/2011 20:24



Solidarité... en ce moment, on est plutôt sur le mode solidar-lait... le papa fait ce qu'il peut... il a moins d'arguments que la maman, du moins en ce moment !



Texte Libre

facebook_icon.1287526277.png

Recherche

Texte Libre

Archives