Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 décembre 2011 3 21 /12 /décembre /2011 23:15

 

Ah ! Noël ! Les illuminations dans les rues et dans les yeux des mignons petits enfants...

 

Janvier :

Promettre que oui, on ira voir les illuminations, la grande roue, les lutins en résine et tout le tralala... l'année prochaine.

 

Penser que les enfants auront un an pour oublier.

 

Décembre :

Constater que non, les enfants n'ont pas oublié...

Tâcher d'être une bonne mère, au moins à Noël, tenir sa promesse et emmener la marmaille en ville.

 

Qui dit illuminations, dit forcément nuit tombée.

Comme les choses sont bien faites, à 17h00, il fait nuit ! Chouette ! Avec un peu de chance, on sera rentrés avant 3 heures du mat'...

 

Équiper la marmaille (eh oui, qui dit Décembre dit moufles, écharpe, bonnets, manteau).

Installer les charmants petits bambins dans la voiture, tâcher de réussir à accrocher tout le monde malgré ces cochoncetés de manteaux, écharpes et autres moufles.

 

Démarrer, braver l'heure de sortie des bureaux.

Passer 3 plombes à trouver une place pour se garer (Décembre, joie des achats de cadeaux en tout genre et en centre ville).

Tenter de rester concentrée sur l'objectif « place » malgré les protestations des gamins qui ont trop chaud/sont trop serrés/étouffent à moitié à cause des manteaux, moufles...

 

Trouver une place, sortir tout le monde de l'auto, se faire voler sa dernière pièce de 2 euros par un horodateur défectueux.

 

Ressembler à une maman cane avec tous ses marmots qui suivent plus ou moins à la queue leu-leu sur les trottoirs bondés.

 

Arriver au pied de la grande roue, sans avoir perdu aucun enfant.

Montrer les affreux anges pourris en résine.

Entendre une autre maman dire à sa fille : Oooooh regarde ma chérie, des phoques.

Chercher les phoques... ne pas trouver les phoques.

Demander à sa fille aînée de chuchoter plutôt que de crier : « Ben, c'est pas des phoques, c'est des pingouins !! » (même si elle a raison).

 

Sentir la pression monter, monter, monter et exploser :

 

Bon, alors, maman, cette année tu nous emmènes sur la grande roue ???

 

Faire semblant d'être sourde.

 

MAMAN !!! Tu nous as dit l'année dernière « Je ne peux pas monter dans la grande roue cette année, parce que j'ai un bébé dans le ventre. Mais l'année prochaine, promis, je monte avec vous »

 

Euh... t'es sûre que j'ai dit ça ??

 

Oui !!! et maintenant, ton bébé, il est sorti !! Alors, comme tu as promis, c'est toi qui monte !!!

 

(c'est fou comme certaines choses sont bien mémorisées par les gamins et sur la durée. Alors que d'autres, n'ont qu'une durée de vie équivalente à une nano seconde dans l'esprit des gamins. En général, dans cette deuxième catégorie, on peut ranger... tout ce qui se range justement).

 

Chercher du réconfort du côté du papa :

Sentir un regard qui dit : Non, non, non, l'année dernière, je m'y suis collé, cette année tu ne vas pas y couper et puis, je ne peux pas t'accompagner, je dois rester avec la petite dernière et l'aînée qui n'aime pas la grande roue et qui préfère manger des marrons (sage enfant)

 

Respirer bien fort (ne pas montrer à cette charmante enfant qu'on a horreur de la grande roue, qu'on flippe grave sa race dans la grande roue, que c'est une vraie torture).

Hésiter à se défiler.

Flancher devant le regard humide de la cadette.

Tenir sa promesse.

Essayer de laisser le benjamin au papa.

Renoncer quand celui-ci pousse des cris de goret qu'on étrangle (c'est le benjamin qui braille, pas le papa).

Il veut venir sur la grande roue.

 

Payer un œil pour 3 places.

Demander au monsieur la durée d'un tour

6 minutes !

Quoi !!! 6 minutes !! Vous vous moquez de moi ???

Ah, ben, tous les tours durent 6 minutes, si vous vous voulez rester plus longtemps, il faut prendre 2 billets par personne.

(non mais, il est déglingo celui-là... 12 minutes de torture ???? Ça va pas la tête !)

 

Essayer de négocier un demi-tour pour la moitié du tarif.

Essuyer un refus.

Essayer de négocier un demi-tour pour le tarif plein.

Essuyer un autre refus

Essayer de négocier un demi-tour pour le double du tarif.

Essuyer un troisième refus.

 

Sentir un certain agacement dans la queue derrière nous...

Entrer dans la file de malades mentaux qui attendent volontairement de grimper dans ce machin super haut.

 

Se dire qu'on vit peut-être ses derniers instants.

Essayer de trouver sympa la musique sirupeuse qui suinte le bon sentiment.

Patienter, patienter, patienter.

 

Avancer, un peu...

Essayer de se laisser doubler.

Pour une fois tomber sur des gens courtois qui insistent pour que vous montiez, vu que c'est votre tour.

Pfffffff ! Qu'est-ce qu'ils ont ceux-là, à être polis !!!

 

Installer la cadette et le benjamin dans la nacelle.

Tenter de monter avec élégance dans ce truc instable.

Renoncer à l'élégance et manquer de se vautrer comme une sombre bouse.

 

 

Sentir la nacelle monter.

 

Oh ! Purée, mais ça bouge dans tous les sens ce machin.

Ça remue... ça tangue... et aaaaaaaah ça monte encore.

 

Entendre à peine le benjamin qui s'enthousiasme en remuant dans tous les sens :

Regarde !! Y'a papa en bas ! Il achètes des marrons !

 

Tenir fermement le benjamin contre soi.

 

Regarder ses pieds, se concentrer sur ses chaussures.

 

Et ça monte encore et encore :

 

Lever symboliquement les yeux quand la cadette s'émerveille :

Oh ! C'est beau les lumières, et puis les gens, ils sont tous petits

(ben, c'est ça le problème, les gens sont tout petits, c'est parce qu'ils sont tout en bas, super, super loin en bas)

 

Et ça s'arrête en haut, tout en haut !

Rôôôôôh ! Maman !!! c'est super, si je tourne le petit volant, là, ça fait tourner la nacelle !!

Nooooooooooooon ! Pas le petit volant... NON !

 

Constater qu'on n'avait pas remarqué qu'il y avait autant de vent en bas.

 

Sentir qu'on redescend.

Se demander si c'est pire quand ça monte ou quand ça descend.

Conclure que les deux sont pires.

 

Arriver enfin en bas... vite, trop vite, beaucoup trop vite. Ne pas s'arrêter.

Remonter aussi sec...

Façon de parler, parce que ce délicieux petit crachin qui transperce les moufles, manteaux et écharpes apporte un charme supplémentaire et humide à ce fabuleux tour de grande roue.

 

Hé ! Y' a papa qui fait coucou ! Coucou papa !! Maman ! Tu fais coucou à papa.

Lâcher rapidement la rambarde et passer la main au dessus de bord et se raccrocher aussi sec.

 

Monter, toujours monter...

Maman ! C'est drôle, on dépasse les plus hautes maisons !

(ben, on n'a pas le même humour)

 

Mais maman, tu me serres trop !

Se rendre compte qu'en réalité, on est en train de s'agripper au benjamin et pas l'inverse.

 

Ne pas dire aux enfants qu'on trouve bizarre ce petit bruit qui fait clac-clac (et non, ce ne sont pas seulement nos mâchoires qui s'entrechoquent)

 

Redescendre pour remonter de plus belle. Pétard à mèche, ils font un double tour ou quoi ???

Sentir que enfin, ça ralentit.

Se détendre pour les derniers 3 mètres.

 

Sortir en manquant à nouveau de gameller comme une mauvaise.

Attraper les gamins.

 

Remercier le papa pour le marron tiédasse qu'il nous tend pour nous réconforter.

 

D'un coup, comprendre qu'on est encore en vie.

Trouver les pingouins en résine trop chouettes.

Et elles sont belles ces guirlandes qui clignotent.

 

Retrouver la voiture. Sans PV... La vie est belle !

Chanter « I wish you a merry christmas » parce que l'aînée l'a appris à l'école.

Raccrocher les gamins.

Se dire que finalement, c'était bien cette sortie.

Constater qu'on sera rentrés à une heure décente.

Conduire en chantant « vive le vent » tellement qu'on est contente d'être en vie.

Dans un accès d'euphorie totale, promettre que oui, l'année prochaine, on recommencera !

 

Damned, on est fait comme des rats !!

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by 4enfants2bras - dans C'est la fête !
commenter cet article

commentaires

Chrystelle 22/12/2011 21:57

Ah cette grande roue!!! Noël ne serait pas Noël sans elle... Très chouette ta chronique comme d'habitude. Très bonnes fêtes de fin d'année à vous 6. à très bientôt

4enfants2bras 28/12/2011 12:25



Merci à toi !!!!


Arrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrgh ! Noël, serait moins terrifiant (pour moi !) sans la grande roue !



JOe 22/12/2011 09:04

MDR!!!
Oh fan, alors là, tu as toute mon estime... C'est le seul mot qui me vienne(-t-?)à l'esprit tellement j'ai l'angoisse et ce, rien que de t'avoir lu! Heureusement,je n'ai plus l'âge à promettre
n'importe quoi à mes morpions (rires) comme quoi, il y a des avantages à vieillir (re-rires).
Et les illuminations étaient belles? Non parce qu'à Nîmes, on a aussi la grande roue, les crocodiles se baladent sur les arènes et le calendrier de l'avant musicale était de toute beauté
(p'ti'vidéo à venir sur le blog).
Bizzzzzzzzzzzzzzz à toi et à tes pitchouns et passe une très bonne journée.

4enfants2bras 28/12/2011 12:26



C'était pas mal... ça me semblait plus joli quand j'étais petite...


Tu me remettrais ton adresse de blog ? Tu serais choupette ! Merci à toi, tes petits mots me font bien plaisir !



Perle 22/12/2011 04:01

Franchement chapeau....je vois que je ne suis pas la seule à me laisser avoir par ses progénitures ^^ !!! mais c'est tellement bon...Joyeux Noël et bonne année ;)

4enfants2bras 28/12/2011 12:27



C'est exactement ça ! C'est tellement bon (parfois) de se laisser avoir !



Texte Libre

facebook_icon.1287526277.png

Recherche

Texte Libre

Archives