Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
5 juin 2012 2 05 /06 /juin /2012 22:17

 

La veille :

 

Fanfaronner : La fête des mères, c'est hyper conventionnel comme fête.

 

Étaler sa science : En plus, c'est Pétain qui l'a initié en 1941 pour inciter les femmes à repeupler la France.

 

Être matérialiste :(et un peu ironique aussi) : En fait, les colliers de nouilles, c'est carrément pratique quand tu n'as pas de passoire.

 

Faire la blasée : Ouais, bon, des trucs de fêtes de mères, on en a déjà des cartons pleins.

 

Être une mauvaise mère toute pourrite, une rabat-joie, une maman toute naze...

(et savoir pourquoi...)

 

 

Le jour même :

Ouvrir l'œil droit, regarder le réveil : 8h43.

8h43 !!!!!?????

Sursauter.

Ouvrir l'œil gauche : ben non, on n'a pas rêvé, il est bien 8h43.

Ne pas en croire ses yeux : il est 8h43, nous sommes dimanche et encore au plumard, et nous sommes bien en vie, c'est dingue !

 

Poireauter, paresser, profiter...même si c'est convenu, c'est quand même sympa, la fête des mères

(et avoir une pensée pour le papa qui se coltine les mômes)

 

09h03

Entendre des petits pas dans l'escalier, accompagnés de grands pas.

Voir le minois des 4 marmots, hilares et tout roses, les mains derrière le dos.

 

« Bonne fête,maman ! »

 

 

L'aînée : Bonne fête maman !!!!

Attraper le paquet emballé tout de biais.

Écouter les explications de l'aînée :

- Mon maître, il dit que c'est trop compliqué de faire des cadeaux en classe, alors, j'ai décidé de te faire cadeau moi-même et comme je sais que ta spatule est cassée, ben, je me suis dis que ce serait une bonne idée de t'en acheté une.

 

Être estomaquée, être super touchée.

Écouter le poème d'Arthur « Rambo » (on ne sait pas si c'est le 1 ou 2, mais on sait que l'aînée a volontairement changé le texte, parce qu'elle ne le trouvait pas assez joli... )

 

Ne pas étaler sa science, ne pas rectifier, juste apprécier d'avoir une petite fille qui trouve que Rimbaud, ben, il ne l'est pas assez pour sa maman (beau !)

 

 

La cadette, les joues toutes roses :

- ben, moi, le cadeau, c'est moi qui l'ait fait en classe !

(repasser mentalement tous les cadeaux fait main que nous avons déjà eu : des cadres, des pots de fleurs, les porte-photos, des...)

Être sortie de notre inventaire mental par la cadette qui s'impatiente !

 

Ouvrir le paquet et voir un pot de yaourt en verre couvert de paillettes (dont une partie se décolle et tombe dans le lit... arrrrrgh !)

S'exclamer : Oh ! C'est joli !!! (hésiter à demander : quoi c'est ça ???)

- Tu peux mettre une bougie dedans et ça brille et comme tu aimes les bougies, ça tombe bien !

(mais oui ! Ça tombe bien !)

 

Puis voir la cadette se dandiner, attraper un mèche de cheveux, l'entortiller et prendre une grande respiration :

Une maman/des milliers d'étoiles dans le ciel/ des milliers d'oiseaux dans le ciel/ des milliers de fleurs... … … euh, non, des milliers d'abeilles sur les fleurs/des milliers de coquillages sur les plages/des milliers de poissons dans les mers/et seulement, seulement une maman/André Bay

Bon, on ne sait pas qui est ce « André Bay », mais on trouve que, dit par la cadette, toute rose et si appliquée, ben, André Bay, il vaut bien Rimbaud, question beau.

 

Poser le photophore à paillettes et constater qu'on a les doigts qui brillent à fond.

 

Être totalement matérialiste : les photophores, ça ne sert à rien et c'est justement ça qui est bien !

 

 

Voir le benjamin, enfin, ne pas le voir, parce que les poèmes, ben, ça le branche pas, il préfère définitivement les playmobils.

Intervention du papa

- bon, c'est la fête de maman, tu vas lui chanter ta chanson et lui donner ta fleur

- Non !

- Comment ça, non ???

- Non !

- Houlàlà, mon p'tit bonhomme, tu y vas tout de suite.

 

Voir donc le benjamin qui boude avec un playmobil dans la main gauche et une rose du jardin un peu ratatinée dans la main droite.

Attraper de justesse la fleur.

Demander : tu as une chanson ?

- Ouais, mais, je ne m'en souviens plus.

 

Laisser le gamin repartir dans sa chambre.

Sourire (et se dire que : pétard à mèche, si un jour on est vieille et grabataire, il sera le premier à nous coller dans hospice !)... et en être un peu blasée d'avance.

 

Voir que la petite dernière a un paquet aussi (oh ! Chic, ils y ont pensé à la crèche) et comprendre qu'il est hors de question qu'on lui retire des mains...

 

Être patience, elle finira par le lâcher (ou par s'endormir)...

 

 

Plus tard dans la journée, tenir la petite dernière par une main et sentir qu'elle nous lâche, que maladroitement elle fait un pas, deux pas, seule, pour la première fois.

 

Comprendre que les enfants grandissent et nous lâchent la main et trouver ça vraiment bien !!

 

Et pendant tout ce temps là, se retenir de verser une petite larme, parce que même si on aime fanfaronner, étaler sa science, être matérialiste, faire la blasée et être une mère toute pourrite, ben, en vrai, on adore les cadeaux tout maladroitement emballés, les photophores qui perdent leur paillettes (on adorerait même les colliers de nouilles si ça se faisait encore), on aime aussi les fleurs un peu ratatinées. On les aime tellement qu'on les garde tous avec grand soin. (et ouais, on en a des cartons plein !)

 

Et par dessus tout, on aime les poèmes dits avec tellement de sérieux et de maladresse à la fois qu'on fond littéralement.

(et on aime même les chansons qu'on entendra jamais... ou alors plus tard)

 

(et se souvenir que nous aussi on a entortillé notre mèche de cheveux pour dire un poème qu'on avait répété et répété encore, que nous on a fait des colliers de nouilles... (hé ouais, tout se perd ma bonne dame), qu'on a aussi acheté des cadeaux aussi pourris qu'inutiles quand on a eu passé l'âge des colliers de nouilles et qu'on a toujours été super fière de les offrir... se souvenir qu'avant d'être une maman (aussi pourrite soit-elle), ben, on a été une petite fille qui entortille ses cheveux... se souvenir)

Hey ! Je suis sur facebook, Où qu'on se marre aussi !

 

Sinon, j'ai un second blog... Marie Poulette. On peut y apercevoir les talents artistiques de body painting de la petite dernière.

 

P1070030.JPG

Rendez-vous sur Hellocoton !

Partager cet article
Repost0

commentaires

A
trop mignon cet article, je suis tout émue... la fête des mères c'est pour moi, un vrai moment de Bonheur...Voir mes petites amours (et le papa) tout euphoriques à l'idée de me faire plaisir c'est<br /> trop choux!!
Répondre
4
<br /> <br /> Hé, hé, ça reste toujours un peu magique !<br /> <br /> <br /> <br />
A
Je me suis enfilée la maison bleue et la fête des mères avec délectation, merci pour ce grand moment de détente hilarant (4 enfants aussi, 2 bras aussi, et un lit plein de paillette aussi).
Répondre
4
Rôh ! Ben merci beaucoup, beaucoup, beaucoup !!!!
V
trop trop chou!!!et super cadeau de la petite derniere elle avait bien retenu sa lecon lol
Répondre
4
À fond, elle a bien été élevée par sa maman ! ;-) !
M
Hello je l'attendais cet article !!! j'ai encore bien ri !!!<br /> ma fête de maman ici http://lesbertouilles.canalblog.com/archives/2012/06/04/24414020.html<br /> bye
Répondre
4
Et bientôt, une maison pleine de rires aussi chez vous ! Bon courage pour les dernières semaines !
4
Et bientôt, plein
L
Moi aussi mère pourrite à temps plein, mais je craque toujours pour les cadeaux des enfants...
Répondre
4
Ça doit être ça, une maman (pourrite... Ou pas !)

Texte Libre

facebook_icon.1287526277.png

Recherche

Texte Libre

Archives