Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 janvier 2014 7 26 /01 /janvier /2014 11:45

 

 

Nan mais ho ! C’est quoi cette question à la con ????

 

Après 2 articles avec (un peu) de fond, en voici donc un (un peu) débile… enfin, quoique !

Ben quoi, mon équilibre naturel est plutôt 99 % débile, 1 % avec du fond…

 

 

Le mardi, c’est ravioli.

Le mardi, y’a école.

Le mardi, y’a marché.

Le mardi, y’a mémé.

 

 

Le but du jeu est de partir 10 minutes plus tôt que d’habitude pour faire le marché avant de déposer les enfants (le marché est sur la route).
Parce que, après, l’école, y’a trop, trop, trop de monde et c’est pas le tout, mais j’ai aussi du boulot. Pas le temps d’attendre.

 

Le problème majeur, c’est que avant l’école (à 8h10), y’a les petites mémés.

 

Je n’ai rien contre les petites mémés… sauf le mardi à 8h10.

 

 

Déjà, la petite mémé est devant moi. Toujours.
La petite mémé est nombreuse, plusieurs, multiples.

 

Elle a des trucs bizarres sur les cheveux (ou ailleurs). Et les enfants posent des questions qui mettent mal à l’aise (ils les posent très fort) :

-       Mamaaaaaaaan, pourquoi la dame, elle a mis un sac sur sa tête ???

-       Mamaaaaaaaaan, Pourquoi la dame, elle a les cheveux violets ???

-       Mamaaaaan, pourquoi la dame, elle a des bouts de plastique dans les cheveux ?

-       Mammman, pourquoi la dame, elle n’a plus de cheveux, alors qu’elle a du poil au menton ????

 

La petite mémé peut aussi avoir une très bonne ouïe… quand ça l’arrange.Et en général, quand ça l'arrange, nous, ça ne arrange pas !

 

 

 

La petite mémé est exigeante : Oui, elle veut des carottes, mais pas des petites, parce qu’elle n’arrive pas à les éplucher, vu qu’elle a de l’arthrose. Non, pas des grosses non plus, parce qu’elles sont trop dures et vu qu’elle n’a plus de dents…

 

 

La petite mémé ne peut pas nous blairer parce qu’on a des mômes.

Ils font du bruit, ils courent entre les étals, sont décidemment mal élevés (de son temps à elle…)

 

 

Elle nous déteste parce qu’on a une poussette.

Qu’on prend 2 places dans la queue avec notre engin… (alors que elle, avec son déambulateur à roulettes… Enfin, c’est pas pareil !)

 

 

La petite mémé raconte toute sa vie au maraîcher qui la connaît par cœur, parce que c’est la même chose toutes les semaines et que rarement petite mémé varie.

On sait tout de son côlon irritable (du coup, elle évite les poireaux), de sa cécité galopante (du coup, elle prend 3 bouquets de persil), du fait qu'il ne lui reste que 2 molaires,  et que, du coup, elle prend des patates…

Nous on dit surtout que ça lui ferait du bien de prendre des carottes, au moins 5 kilos. (des pas trop petites, ni trop grosses, on a compris)

 

Elle met des plombes à choisir.

Des plombes.

Elle s’en fout, elle a le temps.

Tout son temps.

Elle n’a que ça à faire, regarder le temps qui passe.

Le temps qu’il lui reste.

Le temps infiniment long des journées passées à regarder les gens passer, de sa fenêtre.

Parce qu’elle ne sort jamais, la mémé, sauf le mardi. Y’a marché.

Alors, le mardi, elle se lève, encore plus tôt que d’habitude.

Elle met sa robe du mardi et ses bas de contention assortis.

Elle arrive toujours trop tôt.

Mais, elle aime bien arriver à l’heure de l’école.

Elle voit les marmots.

Si elle osait, elle leur filerait bien des bonbecs, mais ça pourri les dents. Et les dents, c’est important.

Si elle osait, elle serait sympa, mais à force de regarder passer les gens, le front appuyé sur les carreaux, elle pense qu’ils sont aussi froids que le verre des carreaux.

Elle arrive toujours trop tôt, le mardi.

Elle essaie d’étirer le temps avec les gens, de repousser le moment de rentrer, de se remettre derrière les vitres…

Mais vient toujours le moment où elle doit rentrer.

Elle repart toujours trop tôt.

Elle va éplucher ses patates et ses carottes. Cuire son escalope. Son repas sera prêt à 10h00… ça sera trop tôt. Elle n’aura pas faim.

 

 

Un jour, je serai aussi certainement cette petite mémé.

Qui passera sa journée à mater la vie qui passe devant mes fenêtres.

A râler que mes petits-enfants ne viennent jamais me voir.

A râler quand ils sont là, parce qu’ils font trop de bruit.

A râler quand ils s’en vont…

 

Mais en attendant, la petite mémé qui fait son marché le mardi nous met en retard pour l’école…

 

 

Et vous savez quoi, elle me hait, parce que, des fois, je suis  devant elle dans la file !

 

 

 

 

Bon, sinon, on rigole sur FB (je mets des photos tartes… bref !). Vous êtes plus de 2000… C’est dingue !

Et bravo (et super merci) d’avoir partagé l’article d’il y a 10 jours sur les filles et les gars (je lui referai faire un petit tour le jour de la manif pour tous… pour ne pas oublier, quoi !)

 

Dernière chose, y'a un petit article rigolo sur Marie Poulette (oui, c'est oim aussi !), notamment sur les colères chouîa exagérées des enfants... Le cinéma, quoi !

 

photos 5081
(et la petite mémé, n'est pas facile à prendre en photo discrètement... elle a des yeux derrière la tête, la mémé !)

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Partager cet article

Repost 0
Published by 4enfants2bras - dans J'me fais des cheveux !
commenter cet article

commentaires

Liliba 27/01/2014 09:21

Très joli !
Quand je vivais à Paris, je me suis toujours demandé pourquoi il y avait autant de mémés dans le bus aux heures de pointe, quand les gens vont au boulot... Sans doute allaient-elle au marché ! :)

Marick 27/01/2014 09:13

Ton article m'a bien fait rigoler. ET la photo c'est la cerise sur le gateau. Mais dans le fond, je suis aussi persuadée qu'on sera aussi un jour cette petite mémé et qu'on n'aura pas oublié mais
que là c'est mardi, notre jour à nous alors donc, ca justifie presque tout...

Atoll 26/01/2014 22:30

Et là, y a le maraicher qui dit, juste après avoir servi à la mémé ses achats : Attention, la semaine prochaine on est pas là!
Et là, c'est le drame...
La mémé redemande la même chose une deuxième fois...
On avait laissé passer mémé...
Comme dirait quelqu'un : pétard!

Atoll 26/01/2014 22:29

Et là, y a le maraicher qui dit, juste après avoir servi à la mémé ses achats : "Attention, la semaine prochaine on est pas là!"
Et là, c'est le drame...
La mémé redemande la même chose une deuxième fois...
On avait laissé passer mémé...
Comme dirait quelqu'un : pétard!

Pomdepin 26/01/2014 12:51

Mais elle va aussi au supermarché. Le samedi, parcequ'elle n'a pas le temps le reste de la semaine. Avec les gens qui travaillaient et qui se coltinent les courses avec les gamins qui hurlent. Et
elle bouche la caisse prioritaire. Parce que enceinte, de son temps, et bine on n'avait pas de priorité, non mais. Alors qu'à son âge....mais comme tu dis, un jour, ce sera nous!

Texte Libre

facebook_icon.1287526277.png

Recherche

Texte Libre

Archives