Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
21 avril 2013 7 21 /04 /avril /2013 11:03

 

Avoir la chance d’être en vacances à la campagne avec des amis et leurs enfants (et aussi les nôtres, d'enfants).

 


Se lever le dimanche matin à 08h03 dans le gîte silencieux.


Apprécier les vacances.

 


Se dire qu’on a fait quasi une grasse matinée.


Liker les vacances.

 


Descendre dans la cuisine, avec la petite dernière dans les bras.

Trouver la table de la cuisine prête pour le petit déjeuner.


Lover les vacances.

 


Avec une petite attention pour chacun.

Ma tasse à thé avec mon thé du matin.

Le café des copains.

Le biberon de la petite dernière…

 

Aimer la magie des vacances.

 


Trouver un petit mot écrit pas les grandes (11 ans, 10 ans et 8 ans).

 

Adorer la magie des vacances.

 

 

Sourire en voyant qu’il y a du soleil.

La journée commence bien.

 

 

ET toujours, on peut aimer le profil FB… si on en a envie !!

 

IMG_2313.jpg

IMG 2323

Rendez-vous sur Hellocoton !

Repost 0
Published by 4enfants2bras - dans Vacances - j'oublie tout
commenter cet article
18 avril 2013 4 18 /04 /avril /2013 19:26

 

Avoir attendu des bébés.

Les avoir désirés.

Les avoir aimés avant même de les avoir vus (c’est dire si l’amour parental est fort).

 

Et puis, les bébés, il faut bien les nommer.

Pendant la grossesse se contenter de noms débiles pour désigner le tout-petit.

 

Et puis chercher vraiment.

S’investir.

 

Compulser tous les ouvrages disponibles en magasin.

Connaître l’officiel des prénoms sur le bout des doigts.

Allez sur des forums.

Demander des avis.

Arrêter de demander des avis.

Chercher les significations.

Se renseigner sur les statistiques.

 

Faire des listes.

Les comparer à celles du papa.

Aucun point commun.

 

 

Recommencer les listes.

 

 

Hésiter :

Un prénom littéraire ? Un moderne ? Un traditionnel de la famille ? Un exotique ? Un biblique ? Un antique ? Un historique ? Un botanique ? Un unique ? Un classique ????? Eric ? Monique ? Ludovic ???

 

Faire des tests : prononcer le prénom en mettant la main sur ventre pour voir si le bébé réagit, s’il sent que c’est SON prénom.

(bon, en vrai, le marmot, il ne sent rien du tout, vu qu’on a déjà testé Georges, Maurice, Mohammed, Sylvain, Théodore, Childéric, John… et que le bébé est UNE bébée, en fait).

 

Essayer le prénom avec le nom de famille… et s’apercevoir que c’est super moche en fait.

 

Re-re-faire des listes…

 

Et puis finir par trouver LE prénom, celui qu’on va aimer dire et dire, celui qui est beau pour ce bébé là.

Avoir cherché avec tout notre amour. Avec tout l’amour de cette attente.

 

Sentir qu’on est un peu Dieu, non seulement on est capable de créer un être humain, mais en plus, on peut le nommer.

Ça, c’est la classe à… Arras… 

 

 

Et puis annoncer la naissance. Donner le prénom.

Comprendre qu’il y a des esprits chagrins qui ne trouvent pas le prénom assez bien.

Trop ci, pas assez ça.

Pas à leur goût.

 

Rester sourde.

 

 

Croiser une dame à robe jaune dans la rue qui s’extasie devant le bébé.

 

- Oh !!! et comment il s’appelle ce petit bonhomme ???


Préciser que c’est UNE petite et donner le prénom.

 

Et comprendre qu’on n'aurait pas dû.

Entendre des réflexions… pas très réfléchies.

 

Selon le type de prénom, petit inventaire à la pervers :

« Mouais, il faut oser quand même »

« j’en connais plein, elle aura des problèmes d’identité en classe »

« houlàlà ! c’est joli sur un enfant, mais plus tard, quand elle sera grande… vous avez pensé à ce que ça donnera plus tard ??? »

« hein ??? c’est un prénom, ça ??? »

 

 

A tous ces esprits chagrins, je précise que, en règle générale, les parents, à moins qu’ils soient des pervers finis, pensent à l’avenir de leur enfant, qu’ils donnent un prénom avec leur cœur, mais aussi avec leur cerveau.

 

 

Après, tout le monde n’a pas les mêmes goûts…

Personnellement, je ne peux pas blairer le jaune.

C’est comme ça…

Je ne me permets pas de dire à la grosse dame désagréable que sa robe est moche.

Non, je ne me permets pas.

 

 


Sinon, il reste un système simple et déjà éprouvé par un petit moustachu aussi teigneux que la grosse dame jaune : coller des chiffres aux marmots plutôt que des prénoms.

 

Mais a priori, les chiffres, ça ne donne pas de bonnes choses.

Les lettres, ça fait des mots.

Et les mots, c’est quand même plus poétique/plein de sens/porteur d’amour que les chiffres…

 

 

Et puis croiser un petit monsieur avec une cravate verte et l’entendre dire : « c’est bien joli, ce prénom »

 

Sourire.

 

Et se dire que tant qu’il y a aura des cravates vertes, y’aura de la vie.

 

 

 

(merci à mes copines prénomineuses qui m'ont donné l'envie d'écrire cet article !)

 

 

 

Sinon, y'a un chouette-rigolo-sympatoche profil FB où qu'on rigole aussi (et où on apprend dans quelle pièce de la maison cet article a été écrit : passionnant !)

 

IMG_2130.jpg

 

 


Rendez-vous sur Hellocoton !

Repost 0
15 avril 2013 1 15 /04 /avril /2013 20:57

 

 

 

Habiter à la limite du cercle Polaire (juste en dessous de la Belgique, en fait)

 

Avoir eu un hiver long, très, très long.

Un hiver très gris, tout pourri…

Un hiver à mauvaises nouvelles.

 

Et du coup :

L’avoir attendu.

L’attendre depuis… mi-février.

L’espérer tous les jours… en vain.

 

Constater que passé le 21 mars, il n’était toujours pas là.

Trouver ça scandaleux.

 

Avoir vu les crocus-mignons-jolis colorer notre pelouse pourrie par l’hiver long, trop long…

Avoir trouvé ça vraiment joli.

Le lendemain avoir constaté le décès des crocus-mignons-jolis, disparus sous 40cm de neige.

 

Arriver au 10 avril, en doudoune et écharpe.

 

Se dire qu’en fait le printemps, c’est comme le père Noël.

En vrai, il n’existe pas.

Une histoire qu’on raconte aux enfants pour les faire rêver…

(et puis, c’est affreux, parce que le printemps, c’est la vie, le vert c’est l’espoir…. L’hiver c’est tout naze-pourri et si on nous vire le printemps, on nous vire l’espoir)

 

 

 

Et puis, d’un coup d’un seul, dimanche à 11h12 (à peu près) : du soleil et presque une température clémente !

 

Réagir d’un coup d’un seul :

 

Se mettre en mode warrior-printannier en 6 minutes top chrono :

 

S’épiler les mollets, dans l’optique folle de mettre une jupe sans collants en laine.

 

Lancer une lessive de trucs à peine sales, juste pour le plaisir d’étendre le linge dehors.

 

Virer les gamins dans le jardin (si on n’avait pas de jardin, on les aurait mis à la rue, mais ça aurait peut-être cassé le côté printemps-guilleret)

 

Appeler des copains pour un apéro.

 

Trouver des nappes rouges parce que c’est joli.

 

Passer une super après-midi avec des enfants qui pépient dans le jardin, rire avec les copains.

Avoir même vu des papillons, si, si !

 

Et oublier… oublier l’hiver gris et pourri… se dire que la vie est jolie, vraiment !

 

Qu’au printemps, il ne doit y avoir que de belles choses, que personne ne devrait mourir au printemps, qu’il ne devrait y avoir que des bébés-jolis qui naissent, parce que c’est le printemps !!

 

Le soir, plier le linge qui sent bon.

Ranger les nappes.

Mettre un petit pull, dehors et humer l’air, ça sent le printemps.

Entendre les oiseaux chanter…

 

Etre enchantée, pour de vrai, comme dans les contes de fée…

 

Aimer le printemps joli, vraiment.

 

Se dire que peut-être même, le père Noël existe.

 

 

Lundi matin :

Demeurer d’humeur guillerette.

Ouvrir les volets.

 

Déchanter.

Voir le ciel gris.

Se retrouver en mars.

Voir la pluie.

Se retrouver en février.

Voir la petite dernière ronchon, grognon.

Se retrouver en janvier.

Avoir un coup de fil : une mauvaise nouvelle.

Se retrouver en décembre.

Voir son chéri… apprendre une seconde mauvaise nouvelle.

Se retrouver en novembre.

 

Retour à la case départ.

Retour en hiver.

 

Se dire que peut-être, on a encore une chance, un espoir avec le père Noël ????

 

 

 

Allez hop ! Pour sourire, il reste le profil 4 enfants 2 bras…. Zou, on  clique !

 

IMG_2158.JPG

 

P1100488.jpg

 

IMG_2172-copie-1.jpg

 


Rendez-vous sur Hellocoton !

Repost 0
Published by 4enfants2bras - dans C'est la fête !
commenter cet article
11 avril 2013 4 11 /04 /avril /2013 20:11

 

 

 

Avoir des enfants.

Les nourrir.

Ils veulent des frites.

 

Leur proposer des plats variés.

Ils veulent des frites.

 

Leur proposer des plats équilibrés.

Ils veulent des frites.

 

Leur proposer des plats faits de nos blanches mains pendant des heures et des heures.

Ils veulent des frites de la friterie.

 

 

C’est un concept.

Ou alors, c’est une tradition enfantine.

Avant 9 ans, les enfants ne finissent pas leur assiette (sauf si ce sont des frites).

Ce n’est pas qu’on les sert énormément, mais dès l’instant où on propose un truc qui a pris du temps à préparer et qui a coûté plus cher qu’une barquette de frites, ils ne finissent pas leur assiette.

 

 

Quand ce n’est pas pire :

 

Allez, goûte au moins…

Nan, j’en veux pas c’est pas bon les brocolisàlaviande.

 

 

On ne les force pas :

 

Allez, une petite bouchée au moins…

Nan, j’aime pas ça lesbrocolisàlaviande.

 

(Oui, mais, la semaine d’avant, ils adoraient les brocolisàlaviande)

 

Ouais, mais, j’aime plus ça, les brocolisàlaviande.

 

 

Montrer que c’est de la qualité :

 

Allez, manges-en au moins un petit bout. C’est de la viande… de bœuf ( ??? ) euh…  c’est de la viande d’animal, très bonne et surtout très chère, alors, mange moi au moins un petit bout !!!!

Nan, j’en veux pas, y’a du gras !

 

Alors, comment t’expliquer petit enfant : Non, il n’y a pas de gras dans les brocolis. Il n’y en a pas non plus dans ce micro bout de filet qui nous a coûté une journée de salaire.

 

En revanche, dans les fucking frites de la baraque à frites, du gras, y’en a plein ! Et là, petit enfant, le gras ça ne te dérange pas. Alors, mange au moins une bouchée de cette viande ! (Bouchée qui doit coûter environ 5,00 euros à elle toute seule)

 

 

Tenter la carte des pauvres enfants :

 

Y’a des enfants qui n’ont pas de quoi manger tous les jours et qui seraient super contents de manger des brocolisàlaviande.

T’as qu’à leur donner mes brocolisàlaviande, alors.

 

Et se retrouver condamnée à finir 4 assiettes de super gratin de brocolis au filet de bœuf.

 

Prendre 3 kilos en n'ayant mangé aucune frite depuis au moins 3 mois.

 

 

Et puis ce matin :

Le papa : mange les croûtes de ta tartine, s’il te plait.

Le benjamin (4 ans et demi) : nan, j’aime pas ça les croutesdupain.

Le papa : le pain n’est pas constitué que de mie, mange les croûtes.

Le benjamin : mais… les croûtes, alors,  c’est cher ????

 

 

Comprendre qu’on a réussi à associer dans l’esprit des gamins trucs dégueu avec trucs chers…

Pétard, en voilà qui se goinfreront de frites par chères toute leur vie…

 

 

Comprendre aussi que le benjamin pense qu’on peut acheter de la croûte de pain, seule, sans la mie (mais personne ne le fait, parce que les croûtes de pain, c’est dégueu et en plus, c’est cher !)

 

 

 

 

Bon, sinon, grâce à Marie de l’excellent blog : Mamans testent, vous êtes désormais plus de 1000 à liker 4enfants2bras sur FB ! Je n’en reviens pas !!!! et du coup, pour fêter ça, je ne mange pas des croûtes de pain ! Nan, on a commandé des sushis ! Et oui !!!! Merci à vous, du coup !

(Alors, sur FB, j’annonce toujours les articles avec un morceau de chanson, plus ou moins improbable, parce que ça n’est pas toujours fastoche, non plus !)

 


 

Pour tous les nouveaux :

Présentation de la famille :

La maman

Le papa

L'aînée (10 ans tout juste)

La cadette (7 ans bientôt 8)

Le benjamin (4 ans bientôt 5)

La petite dernière, tout juste 2 ans.

 

A travers mes petites histoires, je me rends surtout compte que ce qu’on trouve ici, on le trouve aussi chez vous… parce que qu’il y ait 1, 2, 3 ou 6 marmots… parce que, simplement, ce sont des enfants, quoi !!

 

P1100428.JPG

 

P1100433.JPG

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

 

 

 

Pub ! (ben quoi ???)

Petit Bateau

Repost 0
Published by 4enfants2bras - dans Qu'est-ce qu'on mange
commenter cet article
10 avril 2013 3 10 /04 /avril /2013 21:13

 

Ce n’est pas qu’on soit entièrement psycho-rigide, mais si en fait, sur l’heure du coucher, on est totalement psycho-rigide.

 

 

Décréter qu’il y a une heure des grands.

Imposer que l’heure des grands ne tolère pas la présence des petits.

 

Définir « petit » : fastoche, le petit n’est  pas grand.

Sentir qu’il faut être précise, vu qu’on fait 1 mètre 59…

 

Déf : Le petit n’est ni le papa, ni la maman.

 

 

Le petit a intérêt à regagner son lit à 20H00 tapantes et à ne redescendre que si : sa chambre est en feu/le vrai père Noël vient de s’écraser contre la fenêtre de sa piaule/une guerre thermo-nucléaire vient d’éclater/nous annoncer qu’il a les 6 bons numéros au loto…

 

On est psycho-rigides sur l’heure du coucher, parce que avant l’heure du lit, il y a… l’avant-dodo.

 

Et l’avant-dodo… c’est long, parfois… souvent.

 

 

Prenons une journée, un mercredi, au hasard.

Un mercredi où on ne bosse pas.

Un mercredi tout pourri entre les conduites aux activités qui pourrissent les siestes des petits, un mercredi où le temps est pourri aussi… Super tout pourri, on vous dit.

Un mercredi où les enfants n’ont pas trouvé de jeu plus drôle que de se prendre la tête, la tronche, le chou successivement, par lot de 2, 3 ou 4…

Prise de chou en jouant.

Prise de bec en mangeant.

Prise de tête dans la voiture…

 

Bref, une journée longue comme un mercredi tout pourri.

 

 

Commencer à en avoir ras-le-pompon, vers 17h58 (voire même bien avant)

 

Envoyer les marmots se laver plus tôt que d’habitude.

 

Envisager un plat très élaboré qui remportera un succès certain, sans occasionner une Nième prise de cervelle : Pâtes au beurre (avec des carottes râpées en option).

 

Remporter un succès plus que mitigé avec les carottes… dommage, ça rend aimable.

 

Entendre la marmaille se prendre la trogne pour une histoire de ketchup…

Constater qu’on n’a pas des enfants, mais des escargots, des moules, des huitres… bref , des trucs lents…

 

 

 

19h23 : déclarer le repas terminé : « pipi, les dents, au lit »

 

19h28 : prise de gueule devant les toilettes pour savoir qui était là en premier.

 

19h37 : entamer enfin l’ascension de l’escalier.

 

 

19h38 : Commencer à comprendre que ça va être super chaud pour l’heure des grands à 20h00 : le temps qu'ils se lavent les dents, se prennent le chou, qu'on lise une histoire, qu'ils se prennent le bec, qu'ils trouvent leurs doudous, qu'ils se prennent la trogne, qu'ils grimpent dans leur lit, qu'ils ME prennent la tête.. c’est pas gagné.

 

 

Gérer tous les conflits.

Faire des bisous.

Chanter : Savez-vous planter les choux, à la demande de la petite dernière. 

 

19h59 : apporter les derniers verres d’eau, allumer la veilleuse, vérifier qu’il n’y a aucun monstre sous le lit, faire des ultimes bisous.

 

Descendre.

 

 

20h01 : l’heure des grands !!!!

 

Voir que le papa a préparé  le repas : chouette, un gratin de chou…

 

 IMG_2137.jpg

 

 

Bon, allez, zou ! Y’a un chouette profil FB où qu’on se marre aussi !

 

 

Tant j'essuie, un grand, grand merci à Sabine pour son clin d'oeil !!! à voir sur son Blog : Sabine et associés.

 


 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Repost 0
Published by 4enfants2bras - dans Record battuuuuuuuuuu !
commenter cet article
7 avril 2013 7 07 /04 /avril /2013 21:16

 

 

En voilà une question existentielle…

Une question du dimanche soir.

Une question d’un dimanche de flemme.

 

Avoir des bottes en caoutchouc.

De toutes les couleurs, de toutes les tailles entre le 19 et 35.

Des bottes récupérées, trouvées d’occaz’.

 

Parce que les bottes, il est indispensable d’en avoir, même on ne les met pas tous les 4 doigts non plus.

Du coup, pas besoin d’investir dans des bottes de luxe à 12000 $ pièce.

Donc, la botte se met très occasionnellement.

 

 

Enfin, c’est ce qu’on croit.

 

Avoir sorti les bottes pour que les enfants puissent aller jouer dans le jardin.

(Printemps pourri oblige)

Voir une étincelle dans le regard de la petite dernière.

 

Reconnaître immédiatement cette étincelle… pour l’avoir déjà vue il y a 8 ans dans les yeux de l’aînée, il y a 6 ans dans ceux de la cadette et il y a 2 ans dans ceux du benjamin.

 

Cette étincelle qui rend les bottes magiques.

 

Magiques, oui !

 

Oui… mais alors, non, elles ne vont pas permettre à la petite dernière de cavaler aussi vite que le vent en faisant des pas de 7 lieues… non, ce sont seulement des bottes en caoutchouc rouges.

 

Non, elles ne vont pas lui permettre de se faire reconnaître par le prince charmant. Les bottes sont en caoutchouc… pas en vair, ni même en verre…

 

Le pouvoir magique de la botte tient au fait que d’un coup d’un seul, le pied et la botte ne font plus qu’un.

Comme s’ils étaient collés.

De plus, si on propose d’enlever les bottes pour mettre des chaussons, par exemple, un astucieux système d’alarme se met en marche :

 

-       noooooooooooon !!!!!! Booooooottes !!!!!!!

 

Est-ce que ce phénomène est dû à un effet ventouse qui du coup déclencherait une douleur atroce quand on les enlève ??

 

A priori non.

 

Il semblerait que les bottes aient un effet ensorcelant sur les enfants de 2 ans.

Créant immédiatement un phénomène d’addiction sévère (bien pire que l’héro).

 

L’enfant veut manger avec ses machins en plastoc, il veut jouer sur le tapis avec, il rêve de se laver avec et on se retrouve avec des bottes sur le rebord de la baignoire.

 

 

Il veut dormir avec…

Non !

Si !!! Boooottes !

Non et non !!!!

Si, si, si bottes !!!!!!! BOTTES, BOOOOOOOOOTTES (le tout avec une enfant qui devient aussi rouge que ses fucking bottes à la noix)

 

Finir par négocier.

Être faible.

Laisser les bottes sur le bord du lit.

 

 

Monter vérifier que tout le monde dort.

Trouver les satanées bottes aux pieds de la gamine.

 

 

Pétard ! Elles sont vraiment magiques. Elles se mettent toutes seules aux pieds des gamins pendant leur sommeil.

 

Virer les bottes (sans réveiller l’enfant, ce qui en soi est un exploit)

Les planquer.

 

Parce que la botte a un inconvénient majeur : la mycose.

Au bout de 2 heures, imaginer les mignonnes petites mycoses en train de se développer entre les orteils de la petite dernière…

 

La mycose aime les bottes.

La petite dernière aime les bottes.

La petite dernière aime la mycose ????

 

 

Les remplacer, sur le bord du lit, par des CROCS… Histoire de créer un sas de décompression…

 

 

  (et en vrai, je suis sûre que certaines bottes ont le même effet ensorcelant sur des grandes personnes...)

 

Sinon y’a le profil FB où on peut voir la vidéo de la petite dernière en train d’enfiler son manteau en mode papillon.

 

 

 IMG_2123.jpg

Rendez-vous sur Hellocoton !

Repost 0
Published by 4enfants2bras - dans Coup de main... ou de pied
commenter cet article
4 avril 2013 4 04 /04 /avril /2013 21:45

 

Voilà, ça y est.

Elle a 2 ans.

Est-ce une bonne idée que la petite dernière soit un petit peu grande ???

 

Voilà, ça y est.

Elle a 2 ans.

Tout pile.

Tout rond.

 

La quatrième. Née le 4/4… Normal. Efficace. Même son père retient sa date de naissance, c’est dire.

 

 

Ne pas avoir de nostalgie de cette petite crevette geignarde.

 

 

S’auto-convaincre qu’on n’a aucune nostalgie de ce petit bébé aux yeux gris bleu qui semblait être juste fait pour se blottir contre nous.

 

 

Non !

La petite dernière grandit et ça nous ravit.

Oui ! (enfin, peut-être)

 

Grandir offre plein d’avantages :

 

 

Elle enfile son manteau toute seule, avec la méthode du papillon

 

La méthode du papillon : consiste à poser son manteau par terre, de se pencher pour mettre les bras dans les emmanchures et en se relevant, le manteau est enfilé, magique…

 

Méthode célèbre essentiellement dans les classes bondées de petite section. Parce que la méthode du papillon, à presque 40 ans avec manteau en laine bouilli, c’est naze… parce que en se relevant, le téléphone, les clefs… tombent des poches et c’est tout pourri.  A part ça, c’est vachement bien… Passons)

 

 

 

Elle s’habille toute seule.

Euh... elle rêve de s’habiller toute seule.

En vrai, cette période est complètement, littéralement, absolument pénible.

Parce que le matin à 7h32, super à la bourre, les collants en mode : « moi toute seule », c’est super pourri.

7h43 : constater que la petite dernière à réussi à mettre ses collants.

Enfin, elle a réussi à mettre les 2 jambes dans un seul trou… ça n’est pas pratique pour marcher.

 

 

 

Elle parle… tchèque ou un dialecte papou, on ne sait pas bien.

Ce qu’on sait, c’est que nous, ses parents, on comprend le tchèque ou le dialecte papou.

Et ouais !! (On l’ajoutera à l’occasion sur notre CV)

 

Parce que quand la petite dernière dit :

A ma nana a va dé kadi et pa a meuleulon é ki grrrran.  Ciiiiiiise a pa dé kadi neuneuneu, keu é grand. Bata a va dé kadi com manana é papa pa kadi, grrrrrran a papa pas kadi é papa a puss é kadi.

 

On comprend tout à fait qu’elle explique qu’elle aime aller dans le caddie alors que ses 2 sœurs sont trop grandes maintenant pour y aller. En revanche, le benjamin, lui entre encore dedans, mais le papa, lui, il pousse le caddie.

 

Fastoche !

 

Et dire qu’un jour, on parlera philosophie ou politique… ou caddie ??

 

 


 

Et puis, aujourd’hui, elle a deux ans. Veut faire plein de choses toute seule et elle y arrive.

 

Elle est loin la petite crevette.

Elle grandit la petite dernière.

 

Aimer.

 

Aimer simplement que ça aille un peu moins vite, que ça file un peu plus lentement.

Mais, on ne retient pas le temps.

On n’empêche pas les bébés de grandir.

On n’empêche pas les enfants de devenir grands.

 

On les regarde, on les aide, on les aime (super engrais pour faire pousser les petits d’homme), on les encourage, on les soutient, on les regarde déployer leurs ailes.

 

 

Et puis ce soir, justement ce soir, la petite dernière nous a fait un gros, gros câlin et pour la première fois, pour la toute première fois, elle a dit « t’aime, maman ».

 

C’est bien, aussi, quand ils deviennent moins petits, c’est bien quand ils deviennent un peu grands, suffisamment pour dire « t’aime »

 

Adorer !

 

 

 

Tiens, pour fêter ça, on peut liker le profil face de bouq

Et puis, cliquer pour ma pomme sur le concours famili.

 

 

P1100377.JPG

 

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Repost 0
Published by 4enfants2bras - dans C'est la fête !
commenter cet article
31 mars 2013 7 31 /03 /mars /2013 21:41

 

Adorer le benjamin et la petite dernière.

Avoir l’idée lumineuse de les caser chez leurs ascendantes pour le week-end Pascal.

 

Envoyer le benjamin chez sa grand-mère maternelle qui l’emmènera chez sa grand-grand-mère, à la mer pour y respirer le bon air bien frais.

 

Déposer la petite dernière chez sa mamie, ravie (la gamine et la moins gamine aussi… ravieS, quoi !)

 

 

Dimanche matin :

Se réveiller naturellement.

Sans aucun hurlement.

S’apercevoir qu’on a dormi toute la nuit. Sans se lever une seule fois.

Adorer ça.

 

Prendre un petit déjeuner, sans se lever, toujours.

Ni pour ramasser un biberon, ni une tartine. Ni rien.

Laisser les 2 grandes gérer leurs tartines.

 

 

Se dire qu’on y irait bien à la piscine.

Proposer à l’aînée et la cadette qui sautent illico presto dans leur maillot.

Se déshabiller peinard dans une cabine, seule.

Se doucher sans entendre personne hurler.

Enfiler ses palmes, mettre son MP3-qui-va-sous-l’eau (parce qu’on est vachement équipée) et nager dans une ligne d’eau qu’on a pour soi seule, parce que forcément, un dimanche de Pâques, y’a pas foule… tout le monde n’a pas réussi à larguer ses petits).

Laisser les 2 grandes s’éclater dans le petit bain.

Les rejoindre. Rire, plonger, sauter… n’avoir aucun enfant, frigorifié en train de nous labourer la peau du cou…

 

Rentrer. Manger. Discuter. Siester.

 

Laisser les grandes à la maison.

 

Partir à 2, en amoureux au village des brocanteurs, au bout de la rue. 

6 ans qu’on habite cette rue. Jamais eu le temps d’y aller.

Se promener.

Flâner.

Trouver des cadres jolis à pas cher pour encadrer les chouettes dessins des enfants.

 

Trouver une mini chaise en bois trop chou pour la petite dernière.

 

Rentrer.

 

Se dire qu’on pourrait faire, avec ses grandes filles, le puzzle de 350 pièces qui nous attend depuis des mois dans l’armoire.

Et puis renoncer, tout en se disant que l’idée était plaisante et que cela seulement était suffisant.

 

S’occuper de faire les 70 petits poissons en tissus qu’on a promis à la maîtresse de la cadette pour décorer les casquettes des élèves qui partent en classe de mer dans 2 semaines.

 

Les faire avec ses 2 grandes filles.

Parler d’histoires de grandes.

Rire aux blagues idiotes.

 

Entendre la cadette dire : C’est chouette quand même quand les petits ne sont pas là. On peut faire des trucs de grandes, en laissant les ciseaux  à bouts pointus sur la table.

 

Penser que c’est vrai.

 

Faire une super surprise aux filles.

Allumer des bougies. (sans craindre qu’un enfant ne se brûle)

Mettre une nappe sur la petite table du salon.

Sortir le gros pouffe.

Aller chercher des frites, à la friterie.

Allumer la télé.

Regarder ensemble Harry Potter… (hé oui, elles aiment la magie et le petit goût d’interdit permis de cette soirée spéciale)

Promettre d’éteindre rapidement l’ordi.

Se caler dans le fauteuil. Se dire qu’on ne bougera ses fesses que si on en a envie !

 

Se dire que c’est chouette de profiter de ses grandes filles.

Que parfois, sûrement, on les voit un peu trop rapidement.

Tout accaparée  qu’on est par les plus petits.

 

Penser qu’on le refera…

 

Imaginer le benjamin et la cadette, à cette heure, faisant de beaux rêves, endormis… ou pas !

 

Être heureuse de les récupérer ravis-contents, demain et d’aller chasser l’œuf ensemble.

A 6…

 

 

Si vous voulez vous marrer sur les articles sur la piscine, avec les petits inclus.

On peut aussi se marrer sur les joies des puzzles en famille.

 

 

Sinon, on peut toujours liker le profil FB (ça fait toujours plaisir !)

 

Et voter pour ma pomme pour le concours famili. Un petit clic de temps en temps, ça fait du bien !!

 

P1100295.JPG

Les cadres trouvés à la brocantes avec une affiche jolie + les oeuvres des enfants

 

P1100298.jpgBougies-frites

 


 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Repost 0
Published by 4enfants2bras - dans C'est la fête !
commenter cet article
26 mars 2013 2 26 /03 /mars /2013 08:33

 

 

 

Tout petit article du soir… espoir.

(oui, il a été ecrit hier soir...)

Parce que j’ai eu une journée pourrie de chez pourrie.

En mode re-lou avec des mauvaises nouvelles, des reproches… bouh… tout pourri, je vous dis (en plus, ici, près du cercle polaire, il fait 2°, tous les crocus ont gelé …)

 

 

Heureusement, pour me marrer, j’ai le benjamin (et aussi l’ainée, la cadette et la petite dernière quand tout ce petit monde n’est pas en mode relou).

 

Bref, mini-billet mignon qui fait sourire pour pas un rond.

 

 

Le benjamin n’aime pas les bestioles. Il sur-déteste les chiens d’une force incroyable, il en a une peur qui fout la frousse.

 

Il a peur des chats, des poules, des ânes, des tortues, des escargots… bref, il aime la nature… de loin, de très loin ou alors à la télé ou dans les bouquins, mais pas en vrai.

 

 

Le benjamin a un papa qui adore les bestioles, les petites les grosses, les qui bavent, les moches, les belles…

 

 

Dialogue :

Le papa : tu ne voudrais pas qu’on ait un gros chien ??? un gros pépère, là !!!

Le benjamin : Nan !

 

La papa, qui tente sa chance : alors, un petit chien joli ???

Le benjamin : Nan !!

 

Le papa qui baisse un peu les bras : un chat ???

Le benjamin : Nan !!!

 

Le papa qui ne sait plus quoi faire : Bon , alors, tu aimerais quoi comme animal ?

Le benjamin : euh… une souris ???

Le papa ravi, joyeux : ouais ! c’est sympa, une souris.


Le benjamin après réflexion : ouais… Bon, d’accord, une souris, mais je préfèrerai une souris… sans dents.

(Parce que les dents, ça fait peur et ça peut faire mal)

 


Bon, ce n’est pas demain la veille qu’on aura des bestiaux (on a bien des poules… dans le poulailler).

On va attendre que la génétique fasse des progrès.

 

Et puis, pour être franche et honnête : il a raison le benjamin… je sur-déteste aussi les bestioles : ça pue, ça bave, ça perd ses poils/ses plumes/ses écailles… et puis surtout, il faut s’en occuper !!!!!!!!!!

(bon, je suis de très mauvaise foi, comme quand j’ai parlé des chiens, ici)

 

 

 

(allez, j’ouvre une nouvelle parenthèse : Vous allez rire :  l’aînée a une remplaçante !!!!!! Mais, comme l’inspection a le sens de l’humour et aime m’avoir au téléphone : elle en a une le lundi, une autre le mardi, s’en sera une 3ème le jeudi et une 4ème le vendredi : ça c’est un concept… à ne pas breveter !!!! GRRRRRRRRRR)

 

 

FB, avec des vidéo et tout, c’est  !

 

Le concours famili : ici !

 

P1100244.JPG

 


Rendez-vous sur Hellocoton !

Repost 0
Published by 4enfants2bras - dans Bestiaux
commenter cet article
24 mars 2013 7 24 /03 /mars /2013 20:59

 

 

Elle a voulu être beaucoup de choses :

Pompier

Maîtresse

Chef cuisinier

Aventurière

Archéologue

« Aider les pauvres »…

 

On a toujours soutenu ses choix.

 

 

Et puis, hier, en se baladant :

L'aînée : Maman, plus tard, je voudrai sauver la planète.

 

La maman (épatée) : waouh ! Quelle bonne idée, c’est un vraiment très beau travail, pas facile, mais beau !

 

Ben , oui, c’est chouette de sauver la terre, c’est généreux, un choix engagé, il est vrai que c’est aussi un peu utopiste, mais c’est chouette.

Se dire que l’aînée a un peu la tête dans les nuages. Aimer cette idée

 

L'aînée (après un temps de réflexion) : ouais, mais, sauver la planète, ça ne gagne pas beaucoup d’argent, comme boulot ?

 

La maman… un peu décontenancée : oui, c’est sûr, mais c’est une belle idée.

 

L’aînée : oui, les idées, c’est bien… Bon, je sais ce que je vais faire, je vais plutôt faire un gros boulot et comme ça le week-end, je sauverai la planète… si j’ai le temps et que je ne suis pas trop fatiguée.

 

La maman… très beaucoup, énormément décontenancée : euh… oui… si tu veux… c’est bien aussi un gros boulot…

 

Se dire que l’aînée a en fait tout à fait les pieds sur terre.

Une terre un peu crado, en mode pourriture annoncée…

 

Espérer que l’aînée, tout en ayant les pieds sur terre, conserve un peu la tête dans les nuages… de temps en temps… Le week-end, si elle a le temps !

 

 

Comprendre aussi, que ça n’est pas si fastoche que ça d’élever les enfants au sens propre du terme, De les faire grandir de la terre aux nuages, et retour !

 

 

 

 

 

(Parenthèse : Bon et puis, en vrai, avec une enseignante non remplacée depuis le 4 mars, Avec seulement 4 jours d’enseignement en 3 semaines, ben, on se sent un peu seule pour l’élever, mon ainée… (Parenthèse dans la parenthèse : le problème n’est pas l’absence de l’enseignante : je la comprends et je suis de tout cœur avec elle… le problème c’est qu’il n’y a pas de remplaçant. Je me trompe où les enfants ont droit une éducation ??? Bref, ce n’est pas le sujet, fermeture des parenthèses))

 

 

Bon, sinon, on peut liker le profil FB, on y rigole bien aussi !

 

Y’a toujours le concours famili… hé oui… !

 

 

Voilà !!!!!

Haut les cœurs !

 

P1090266.JPG


Rendez-vous sur Hellocoton !

Repost 0

Texte Libre

facebook_icon.1287526277.png

Recherche

Texte Libre

Archives