Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
11 novembre 2011 5 11 /11 /novembre /2011 18:01

 

 

Un jour férié, quelle bonne idée !!

 

Un magnifique jour férié où il n'y a que la moitié des effectifs (les 2 grandes . ont été larguées chez leur grand-mère).

 

Être réveillée par la petite dernière à 8h02.

(on ose à peine y croire... on vérifie, et oui, on a bien lu, il est bien 8h00 passées... Se dire qu'il doit y avoir une divinité du jour férié).

 

Décider que ce sera une bonne journée, emplie de tranquillité, de sérénité et de plein d'autres trucs super en « té » qui feront de ce jour férié un jour empli de gaité !

 

Descendre à pas de loup, respecter (pour une fois), le sommeil du père.

 

Renoncer à mettre de la musique ou la radio, on veut garder cet instant comme un moment de pure silencieusité. (et se mettre à inventer des mots en Té, parce qu'il n'y en a pas assez)

 

Installer la petite dernière dans son transat, garder à proximité toute une série de jouets afin de maintenir cette paix presque empreinte de religiosité.

 

Être rejointe 35 secondes plus tard par le benjamin.

 

Installer le petit, même pas devant la télé, mais juste à côté de nous. On veut partager ce doux moment.

 

 

Apporter un yaourt à ce dernier ainsi que le reste de son petit déjeuner (après avoir pris soin de lui demander ce qu'il désirait (oui, oui, on est pleine de bonté... bon, on a quand même dit que non, la glace au petit déjeuner, faut pas exagérer...)

 

En profiter pour se préparer quelques tartines grillées, un pomme bonne à croquer et un bon thé.

 

S'assoir, profiter...

 

Sourire au benjamin qui dit : « ahhhhhhh ! On est tranquille ! »

(tu l'as dit bouffi, à la tienne Etienne etc...)

 

S'apprêter à déguster une tartine grillée...

- Mamaaaaaaaaaaaaaaaaaan, tu me donnes une tartine grillée ??

 

(et v'là la tranquilité un peu moins tranquille)

 

Donner la tartine et s'en prendre une seconde, s'apprêter à la croquer

- ahahahahahahahahaha....beuaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaahhhhhhhhhhhh ! (dit la petite dernière qui commence à quitter l'état de calmosité dans lequel elle était)

 

Lui lancer un jouet (hé ! hé ! On a bien fait d'anticiper...)

 

(et v'là la tranquilité retrouvée)

 

 

S'apprêter à mordre dans la tartine

 

- Maman, je peux avoir du beurre sur ma tartine ??

 

Respirer, surtout respirer....c'est bon pour la sérénité.

 

- Mon chaton, tu peux prendre tes petits pieds et aller le chercher...

 

Le chaton se lève, va jusqu'au frigo :

 

- Maman, j'arrive pas à l'attraper.

 

Poser la tartine qu'on n'a toujours pas réussi à entamer, se lever, attraper le beurre et le benjamin, le poser (le benjamin) sur sa chaise, beurrer la tartine... qui se casse, ben oui, tartine grillée + beurre froid... c'est pas bon pour la tranquillité, ça !

Recommencer délicatement avec la tartine qu'on allait (peut-être) manger, parce que le benjamin ne veut pas manger une tartine cassée....

 

(cette fois, la tranquillité est en train de se faire la malle...)

 

Se rasseoir attraper l'ultime tartine, ouvrir une bouche grande comme un four :

 

- Beaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaah !

 

Reposer la tartine, attraper un autre jouet, le donner à la petite dernière, qui le jette et se met à hurler de nouveau. Attraper un autre jouet, lui tendre sans regarder (se rendre compte juste à temps que c'est la dernière tartine qu'on est en train de lui refourguer), échanger la tartine contre la girafe en plastique qui fait pouêt-pouêt et qui n'a aucun effet sur l'enfant. Prendre l'enfant sur ses genoux, éloigner la tartine pour ne pas qu'elle l'attrape.

 

Attendre que la tranquillité pointe à nouveau son nez.

 

- Maman, je peux avoir du fromage sur ma tartine

 

Se lever avec la petite dernière sous le bras, ouvrir le frigo, attraper le bac à fromages, le poser devant le benjamin.

 

S'asseoir, attendre... respirer... respirer (en espérant que la tranquillité va vraiment revenir)

 

Constater (trop tard) que le benjamin, en cherchant l'ami-molette pousse inexorablement le bac à fromages vers la tasse de thé, rassembler tous ses réflexes, tendre la main... trop tard (ben oui, avec un marmot dans les bras, on a le réflexe moins rapide). Regarder le thé qui se répand sur la table, sous la table... sur l'ultime tartine grillée.

 

Adieu tranquillité, sérénité et...thé !

 

Bouffer la pomme.

 

Pfffff ! J'vous en foutrai des divinités du jour férié.

 

P1000290.JPG

Repost 0
Published by 4enfants2bras - dans Qu'est-ce qu'on mange
commenter cet article
17 octobre 2011 1 17 /10 /octobre /2011 22:37

Ah ! Samedi après-midi ! on a (un peu) de temps.

 

Allez, on a des velléités de cuisiner un truc (un peu) élaboré !

 

Hop, hop, hop, ce sera salade d'oranges à la fleur d'oranger !

 

Bon, pas d'oranges en vu, qu'à cela ne tienne, on embarque la marmaille, direction le supermarché le plus proche : on attrape un filet d'oranges, et zou direction la caisse à panier. Y'a pas la queue !!!!! C'est un plan parfait, un plan qui se déroule sans accrocs. Aussi bizarre que ça puisse paraître, ça arrive parfois !

 

Les gamins jouent et on épluche (à vif) le kilo d'oranges au-dessus d'un saladier, pour ne pas perdre une goutte du précieux jus...

 

Arrrgh ! ça coule et ça colle.

 

Pause : sonnerie du téléphone se sécher les mains, attraper le combiné, répondre au vendeur de surgelés que non, on n'a pas de congélo...

 

Reprise de la salade d'oranges....

 

Pause-pipi/caca du benjamin : se sécher les mains, gérer la chose, se laver les mains...2 fois.

 

Reprise de la salade d'oranges : "lever les segments" : on enlève amoureusement tous les quartiers, sans entamer la petite peau... pétard ! c'est long !!!!

 

Pause : petite dernière qui braille : se sécher les mains, faire téter.

 

Essayer de continuer à lever les segments tout en allaitant... bon, la petite dernière est pleine de jus d'orange, se contenter de ne faire qu'une chose à la fois.

 

Au bout d'une heure... constater qu'on n'a fait que la moitié des oranges... insister et vaincre enfin les segments au bout d'une heure trente (yes !)

 

Poursuivre la recette : fleur d'oranger... fleur d'oranger... où est la fleur d'oranger ? Qui a bu une bouteille complète de fleur d'oranger ? Parce qu'on en avait acheté, c'est sûr, y'a pas si longtemps... bon, en fait, ça faisait peut-être longtemps.

 

Hésiter à re-sortir la marmaille au supermarché. Renoncer. Appeler le papa qui en rapportera (après tout, il aime la salade d'oranges)

 

Attendre fébrilement le retour du sauveur de salade d'oranges.

 

Lui arracher la bouteille de fleur d'oranger dès qu'il passe la porte.

 

Verser la quantité désirée, mettre enfin au frais...

 

Préparer une table de fête (l'opération salade d'orange a été tellement longue que ça mérite une jolie nappe et même quelques bougies, la classe !).

 

Passer à table, manger les pâtes à rien (ben, forcément avec le temps passé sur la préparation du dessert, la qualité gustative du plat de résistance laisse un peu à désirer)...

 

Apporter le magnifique saladier avec LA salade d'orange dedans.

 

Voici le moment choisi par un des enfants de la fratrie pour nous montrer un tour de magie... Allez, c'est soir de fête, y'a de la salade d'orange, ça mérite bien un petit tour de magie...

 

L'enfant attrape une feuille de papier et annonce fièrement qu'il va le faire disparaître...

Il compte jusqu'à trois en trifouillant maladroitement derrière son dos.

Et abracadabra, il montre ses 2 petites menottes vides...

Applaudissement de la foule en liesse

Ca marche dans un sens, mais aussi dans l'autre... allez, le papier va réapparaître !

Re- Abracadabra et Re-trifouillage et ré-apparition de la boule papier ! (c'est fort la magie !)

Re-applaudissement !

 

La foule en liesse essaie de deviner le truc (la tension est à son comble)

- bon, alors, tu l'avais caché où ?? Dans ta manche ??, sous ton maillot de corps

 

Et l'enfant annonce fièrement :

- pas du tout, je l'avais cachée dans mon slip !!

L'assemblée :

- Bearck !! C'est dégueu !

 

L'enfant, d'un geste désinvolte lance alors la boule de papier qui atterrit... dans la salade d'oranges...

 

Arrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrgh !

Ne pas hurler ! Ne pas dévisser la tête de ce charmant bambin !!

 

Remballer son beau saladier et les oranges qui vont avec.

Sortir les yaourts (bouhouhouhouhouhou)

P1040628.JPG

 

(et merci à la famille C. de R. et surtout à B. et W.)

 

Repost 0
Published by 4enfants2bras - dans Qu'est-ce qu'on mange
commenter cet article
26 septembre 2011 1 26 /09 /septembre /2011 14:16

Lundi matin, difficile.

Lundi matin avec l'impression que c'est encore la nuit.( Ah ! non, tiens, c'est juste qu'on a encore les yeux fermés).

Lundi matin, table du petit déjeuner. Ne répondre que "hum-hum" à toutes les questions qu'on écoute pas.

Lundi matin, tenter de ne pas se rendormir sur sa tartine.

 

Voir passer un petit truc qui roule sur la table devant soi. Ne pas se demander ce que c'est. (en tous cas, ça ne rampe pas et ça n'a pas l'air vivant... bonne nouvelle)

 

Ne pas s'affaler sur la cadette, juste à côté. Essayer de se redresser (un peu)

 

Voir un deuxième truc qui roule... qu'est-ce que c'est que ce machin vert.

 

Rester sourde aux glapissemements du benjamin assis en bout de table.

Ne surtout pas penser qu'on est lundi et qu'il y a une masse de boulot en retard.

 

Troisième truc qui roule. Penser à ouvrir mieux les yeux pour analyser la chose qui roule.

Boire une gorgée de thé, sans renverser, sans baver.

Respirer un grand coup.

Faire une mise au point oculaire sur la nappe.

 

Analyser le quatrième truc qui roule.

Résultat de l'analyse : grain de raisin.

Pourquoi y'a des grains de raisins qui traversent la table en roulant  ??

 

Cinquième grain de raisin. Connecter son cerveau. Formaliser mentalement un phrase.

 

Sixième grain. Parler (au benjamin):

- mais pourquoi tu balances des grain de raisins (un lundi matin) ???

- ben, parce que je joue à la pétanque

 

Ne pas répliquer. Retourner dans son brouillard en tendant le mètre au benjamin. Ça évitera aux enfants de se battre pour savoir qui est le plus près du cochonnet...

 

Lundi matin...

 

P1040552

Repost 0
Published by 4enfants2bras - dans Qu'est-ce qu'on mange
commenter cet article
23 septembre 2011 5 23 /09 /septembre /2011 17:48

Une fois qu'on a gagné son pain quotidien, il faut encore aller l'acheter.

 

 Sortie d'école, on en profitera pour faire plaisir aux gamins en leur achtant un pain au chocolat.

Avant d'avoir son pain, il y a quelques pièges à éviter...

 

1er piège : l'exiguïté des lieux combinée à la sur-affluence liée à la sortie d'école (oh ! mais ils ont pas de BN chez eux tous ces gens, ils sont obligés d'aller chercher un petit pain, juste à 16h38... ils pouvaient pas prévoir... pffff !).

- Réussir à rentrer la marmaille et toutes les roues de la poussette dans la boulangerie.

 

Yes ! 1er piège évité !

 

 

2ème piège : les bonbons,exposés juste à l'entrée (les boulangers sont sournois et pervers).

- Promettre 2 bonbons par enfant (et non, la petite dernière ne donnera pas les siens, tout simplement parce qu'elle n'aura pas bonbons vu qu'elle n'a même pas de dents à pourrir, elle...).

 

Bof ! 2ème piège, à peu près géré.

 

 

3ème piège : le choix du goûter :

- Réfréner toutes les velléités de gober un éclair/un Paris-Brest/une forêt noire. Imposer la viennoiserie comme choix de base. Tâcher de retenir les choix de chacun pendant que les enfants se plantent devant les bonbons...

 

Hum ! 3ème piège en cours de traitement

 

 

4ème piège : gérer l'attente :

- Secouer nerveusement la poussette dans laquelle la petite dernière commence à chouiner.

Surveiller le benjamin qui tente de se faufiler derrière le comptoir, zyeuter les 2 grandes qui sont scotchées aux bonbons (vive les bonbons !). Pousser tous les gens qui attendent derrière, rattraper le benjamin qui a réussi à passer derrière le comptoir. Revenir à sa place, en poussant à nouveau tout le monde (mais pourquoi cette boulangerie est si petite, et qu'est-ce qu'elle a la petite vieille à raconter les malheurs de son caniche à la vendeuse, on s'en fout des clébards, ça bave partout...)

Relever la tête quand la vendeuse vous interpelle :

- pourriez-vous demander à votre enfant d'arrêter de lécher la vitrine ???

(Mais qu'est-ce qu'il a dans le crâne celui-là !!)

Sourire nerveusement aux clients, à la vendeuse et à la vieille qui vous regardent de travers (et retirer mentalement  ce qu'on a dit sur les chiens qui bavent ... )

 

Naze ! Gestion du 4ème piège, toute pourrie

 

 

5ème piège : la commande : ça y est l'instant de grâce ! C'est à nous ! Yes !

- la vendeuse s'en va.

(non, mais, elle est malade mentale, celle-là, on lui a déjà ruiné sa vitrine, la dernière braille et l'aînée et la cadette sont tellement collées aux bonbons qu'on ne voit même plus le présentoir, si on poireaute encore, je ne réponds plus de rien... et puis qu'est-ce qu'elle va faire ? espérons que ce ne soit pas sa pause... ah non ! Tiens, elle revient avec une chiffonnette pour nettoyer la bave du benjamin sur la vitrine...)

Passer une commande approximative. Dire aux enfants de choisir les bonbons (impossible de voir ce qu'ils prennent, le présentoir est à l'autre bout... tant pis !)

Payer.

 

OK ! 5ème piège, c'est fait !

 

6émé piège : ressortir et fuir :

Renoncer à faire un demi-tour avec la poussette, sortir à reculons, en s'excusant platement pour tous les orteils écrabouillés. Attraper au vol le benjamin, qui tente de passer sous comptoir, déscotcher les grandes. Sortir.

Respirer !

Distribuer les goûters.

-naaaaaaaaaaaan, moi j'avais dit un pain au lait sans chocolat...

Répliquer en tâchant de garder son calme.

-BON, SI T'ES PAS CONTENTE, T'AVAIS QU'A FAIRE LA QUEUE TOI-MEME !!!!

Constater que le sac de bonbons est fort gros pour un sachet qui ne doit contenir que 6 éléments. Ouvrir...

- j'avais dit 2 bonbons chacun... là y'en a pour un régiment, vous avez été soudoyés par le dentiste ou quoi ??

- Ben, les fils ça se vend par 10 et puis moi j'aime pas ceux à la fraise, alors j'ai pris au coca et...

(ne pas écouter la suite,demander au enfants de partager leurs bonbons avec les autres marmots du parc), s'asseoir sur un banc au parc, soupirer...

...

...

... !!!!!!!!!!

S'apercevoir qu'on a oublié d'acheter du pain. Arrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrgh !!! (le piège fatal !)

 

P1040413

 

 

Repost 0
Published by 4enfants2bras - dans Qu'est-ce qu'on mange
commenter cet article
16 septembre 2011 5 16 /09 /septembre /2011 14:12

Qui dit 4 enfants, dit au moins 1 kg de Haricots à équeuter (histoires d'en faire une salade pour le repas du soir).

 

Qui dit 1 kg de haricots, dit une bonne vingtaine de minutes à équeuter, tout en courant après le benjamin, en berçant la petite dernière et en séparant l'aînée et la cadette qui vont finir par se battre, on le sent...

 

Une  solution : demander aux charmants enfants de filer un coup de main :

- l'aînée et la cadette : naaaaan, on préfère se bagarrer ! (pfff ! les enfants sont navrants !)

- la petite dernière : mamamamamamam ! (pffff ! les enfants sont vraiment navrants !)

- le benjamain : on enlève les queues avec le râteau playmobil ??? (pfff ! les enfants sont vraiment totalement navrants !)

 

OK, le benjamin va aider.

 

Étape n°1 : Éliminer le râteau. Résister aux hurlements du benjamin. Ne plus résister et rendre le râteau. (je suis navrante !)

 

Étape n°2 : laver les mains (et le râteau). Ne pas répondre aux récriminations du benjamin qui hurle que ça ne sert à rien puisqu'il les a lavées hier... Navrant !

 

Étape n°3 : installer le benjamin entre une passoire et un tas de haricots (petit le tas, il ne faut pas désespérer et navrer le petit d'entrée.)

 

Étape n°4 : Expliquer la méthodologie de l'art de l'équeutage à l'enfant navré de voir qu'il ne faut couper que 2 petits morceaux de haricots...

 

Étape n°5 : Accepter que le benjamin ait sa propre méthodologie : couper les haricots en 2, mettre les queues dans passoire destinée aux haricots équeutés, ouvrir les haricots en 2 pour en sortir les tout-petits flageolets à l'aide du râteau playmobil... tout accepter, parce que pendant ce temps-là :

- il est sous contrôle

- il s'amuse

- il est persuadé d'être super utile

- même les aînées sont venues aider

- les haricots sont super vite équeutés, coupés, ouverts

- quand on a fini, on crie : c'est la fin des haricots !!!!...

Je sais, c'est navrant et c'est ça qui est bien !!!!!

 

 

Repost 0
Published by 4enfants2bras - dans Qu'est-ce qu'on mange
commenter cet article
4 septembre 2011 7 04 /09 /septembre /2011 10:25

Plus léger que le dernier article... enfin, léger n'est pas le terme quand il s'agit de kouign amann : du beurre, du sucre et puis du sucre et du beurre et encore un petit peu de sucre et un chouïa de beurre...

 

Retour de Bretagne du héros nordiste, avec sous le bras (ce qui n'est pas très pratique, j'en conviens !),  le meilleur Kouign amann de la Bretagne, non de France, non de la terre entière ! Que dis-je le meilleur Kouign Amann de la galaxie !

 

Les parents : qui veut du kouign amann ???

 

L'aînée : Kouign amann ? Kouign amann ???? Je connais Superman, mais pas Kouign amann ???

 

Tout ce je peux conclure, c'est que si Superman mange de ce Super kouign Amann, pas sûre qu'il rentre encore dans son super slip (qu'on ne met pas au-dessus de ses collants, elle ne lui a rien appris, sa super maman à son super fiston ???)

 

Repost 0
Published by 4enfants2bras - dans Qu'est-ce qu'on mange
commenter cet article

Texte Libre

facebook_icon.1287526277.png

Recherche

Texte Libre

Archives