Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 juin 2014 1 02 /06 /juin /2014 19:08

En voilà une question existentielle !
Parfaitement existentielle : être ou ne pas être froissée…

 

J’ai choisi mon camp, un peu comme on choisit l’athéisme plutôt que la croyance…

Je suis donc, une non-repassante, je ne vénère pas la sainte centrale vapeur.

Je fais partie de la communauté des éternellement fripées, des froissées pour toujours.

Le royaume des amidonnées n’est pas pour moi… Je ne finirai, au mieux, au purgatoire des plissées, au pire aux enfers, promis à ceux qui planquent leur chemise non repassée sous un pull…

 

 

Je dis qu'on entre en repassage comme on entre en religion et j’ai raison (ça ne coûte rien de le dire).

Il y a d’abord l’éducation familiale :

Chez nous, il y avait, comme dans beaucoup de familles croyantes, un fer et même une table à repasser.

Mais, ma famille était plus du genre à croire que ça allait se faire tout seul plutôt qu’à pratiquer réellement.
J’ai vu plus souvent des piles de linge non repassé que le fer et la table…

 

Comme certains, croyants-non-pratiquants, on repassait à Noël, à Pâques, à la Toussaint… parfois.

Aux mariages et aux enterrements aussi.

 

 

Je dois l’avouer, à l’adolescence, je me suis cherchée, j’ai eu des doutes. J’ai essayé… Pour voir. Le fer allait-il m’apporter le réconfort dont je manquais ?
Allait-il éclairer ma route ?

 

Faute de mentor, mon expérience personnelle a été aussi laborieuse que toute pourrie.

Plutôt que d’atteindre le nirvana du lisse, je n’ai pu que m’enfoncer dans le pli, irrémédiablement incrusté dans la chemise 50%lin, 50%coton par un coup de fer maladroit.

J’ai découvert trop tard, que l’idée de repasser le logo Waïkiki était très mauvaise.

J’ai dû faire l’apprentissage, seule, que non, un maillot de bain 100% lycra ne se repasse pas.

Et pourtant, j’avais tout fait, bien comme il faut.

Une après-midi, tranquille, de l’eau déminéralisée et la télé allumée sur la petite maison dans la prairie.

 

Pour rentrer en repassage, il faut un guide, comme pour rentrer en religion.

 

 

Je fais partie des athées du fer à repasser.

Je porte ma non-croyance sur moi, comme les autres affichent leur signe d’appartenance à la religion du lisse, en toute circonstance, même à l’école, même dans les lieux publics.

 

 

Parce que la religion, qu’elle soit du repassage ou autre, demande des efforts.

Il faut y consacrer du temps.

Être discipliné.

Il y a les codes vestimentaires, les interdits alimentaires (non, on ne bouffe pas de chips au nutella en repassant)…

Bref, c’est tout un truc.

 

Alors que l’athéisme réclame un effort moindre.

Il faut juste assumer l’inconfort de n’avoir pas de certitudes ou d’avoir une robe pleine de plis (selon les circonstances, ça peut parfois être similaire).

 

Je l’avoue, j’ai fait semblant de croire, une dernière fois, à l’entrée de l’aînée à la crèche, quand je me suis rendu compte, que c’était la plus fripée des bébés.

Et je l’ai vu, elle, cette petite fille avec un corsage blanc, d’une lissitude incroyable.

 

Alors, j’ai payé pour qu’on croie à ma place.
Un peu comme une offrande au Dieu Repassage.

J'ai filé ma panière de linge (avec des thunes) à une dame, qui a repassé pour moi.

Bon, je vais être franche et honnête, 2 jours plus tard, j’ai bien compris, en récupérant l’aînée, maculée de purée de carotte de la tête aux pieds (en passant par le tee-shirt repassé devenu froissé et orange) que la petite fille au corsage lisse était aussi froissée-maculée que la mienne.

Croire dans ces circonstances ne servait à rien.

 

 

Je connais les croyants de base, qui ne repassent que le nécessaire.

Je connais les extrémistes qui repassent les pyjamas (sans déconner, les pyjamas, personne ne voit que c’est repassé, si ça, ça n’est pas de la conviction profonde, je n’y connais rien en religion… bon, ok, je n’y connais rien).

Et je connais même les intégristes : ils repassent les slips, les chaussettes, les draps, les torchons, les gants de toilettes, les wassingues (pour les non-nordistes, vous chercherez), les mouchoirs en papiers, les sharpeis, les vieilles mémés ridées, les mers démontées…

 

 

Donc, aujourd’hui, j'ose l’avouer, je ne repasse pas… Je n’ai même pas de table à repasser.

J’ai un fer… quelque part. Comme un crucifix qu’on cache.

Je n’en suis pas fière.

 

Mais voilà, je suis une athée du repassage.

 

 

Ahhhhhhh ! C’était donc un article léger (enfin, si on peut dire, en parlant de fer !) après un article politique.

 

Sinon, je suis sur FB, où qu’on rigole. Où qu’on voit des photos  des mes fringues pas repassées…

 

P1120204.JPG

Rendez-vous sur Hellocoton !

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Agathe 11/06/2014 17:05

AMEN !!
Je pousse même l'athéisme jusqu'à refuser d'acheter un vêtement qui m'obligera à le repasser (non mais sans blague !!). Quant aux chemises de monsieur, c'est monsieur qui s'y colle (ou il va bosser
en polo) !

lylybulle 08/06/2014 21:58

Et sortir le fer juste pour coller les perles Hama ça rentre dans quelle catégorie?blasphème?

frede 03/06/2014 16:23

J'adore et j'adhère!
Je signe aussi, en tant qu'athée du repassage

Emma June 03/06/2014 09:35

héhé! J'aurais pu écrire ton article :-) Il m'a bien fait rire en tout cas et moi aussi je suis une athée du repassage (d'ailleurs la dernière fois que j'ai cherché mon fer...je ne l'ai pas
retrouvé lol).

Lalotte Papote 03/06/2014 08:00

Rrrrrooo moi aussi j'étais une athée du repassage! Jusqu'à ce que je change de taf... Non, je ne repasserais JAMAIS à la maison! Mais chez mes petits papy (je suis aide à domicile!) je me tape des
piles de linges quasi tous les jours (bouhouhou!)! J'ai du apprendre sur le tas... Mais franchement, les pauvres, je ne suis vraiment pas douée pour ça!! hihihihi!

Texte Libre

facebook_icon.1287526277.png

Recherche

Texte Libre

Archives