Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 février 2012 7 26 /02 /février /2012 23:39

 

Malgré cette période pré-électorale, aucune allusion politique à Mélanchon, Laguiller, Hue, Besancenot ou Marx... non, non, pas du tout !

 

Malgré la période de crise déprimante, aucune allusion à notre affection pour la vinasse. Absolument pas !

 

Ce ne sont pas ces rouges là dont il s'agit !!!

 

Voici une chronique d'une intensité flamboyante sur le rouge à genou...

ben ouais, c'est important le mercurochrome et l'éosine.

 

 

Période rouge n°1 : subie

 

 

Nos premiers souvenirs de rouge remontent à nos 6 ans.

Notre père avait enlevé les petites roues de notre vélo.

 

Et au moment où tout roulait : paf, c'est la chute de vélo sur des graviers.

 

Un baiser qui soigne, un souffle magique et du rouge, plein de rouge qui font les courageux, les vrais.

Être persuadée que les super-héros sont tous des tatoués.

En conclure que par conséquent, avec nos genoux rouges, on fait partie de la bande.

On est un super-héros, on a nos marques, nos stigmates.

On est fier d'arborer ce rouge !

 

C'était le temps où le rouge était conditionné dans une petite bouteille avec une pipette compte-goutte.

 

 

 

Période rouge n°2 : subie, toujours

 

Le rouge a disparu de notre vie pendant toute une période. Enfin, le rouge à genoux, hein, parce que les 2 autres rouges sus-nommés ont comblé le vide laissé par le mercurochrome... Un peu comme si un rouge chassait l'autre.

 

 

Revenons donc au rouge à genoux.

 

Le rouge a fait sa réapparition avec l'arrivée de l'aînée (et du coup, on a freiné sur la consommation de rouge en bouteille de 75 cl. On est passé aux dosettes )

 

Suivre les indications de la maternité :

Badigeonner le machin à la fois tout sec et légèrement suintant qui est sensé devenir un joli nombril.

 

Plusieurs fois par jours...

 

Question conditionnement, ça évolue.

Terminée la bouteille avec le compte-goutte.

Arrivée de la dosette en plastoc'.

Plus pratique, il semblerait... il semblerait seulement.

Parce que, en vrai, quand on tournicote le petit truc en plastique pour ouvrir la dosette, au moment où il cède, y'a toujours une fucking goutte de rouge bien indélébile qui vient d'exploser sur le bout de nos doigts.

(bon, on n'a bien pensé à mettre des gants pour ouvrir la dosette, mais avec l'arrivée du bébé, on a vu débarquer des lingettes, du coton, des compresses, du liquide physiologique, des brosses toutes douces, des thermomètre à bain, des couches, des langes... bref, les gants, ce n'est pas possible, pas la place, pas assez de mains...

Et du coup, comprendre qu'on fait désormais partie de la secte des parents de nouveaux nés. Facilement reconnaissable à leurs cernes noirs sous les yeux, leur tache de dégueulis sur l'épaule gauche et à leur bout de doigts rouges.

 

 

Période rouge n°3 totalement subie :

 

Retour de chez le toubib : c'est la varicelle ma bonne dame.

Investir dans gros flacon de rouge.

Consciencieusement, mettre une goutte de rouge sur les vésicules de varicelle.

Renoncer à les compter.

Y'en a partout. Comment une enfant si petite peu avoir autant de boutons.

Y'en a sur les jambes, derrière les genoux, sur les fesses, sur le ventre, sur les joues, le front, dans les cheveux... Arrrrrrgh, pas les cheveux !!!

Hésiter franchement à repeindre complètement la gamine...

Se retrouver avec un dalmatien rouge de 12 mois qui gambade partout.

Remarquer que les gens qu'on croise passent au large.

 

Ben quoi ! C'est la varicelle, pas la lèpre non plus !

 

 

Période rouge n°4 : c'est fou ce qu'on peut subir, en fait !!

 

retirer les petites roues du petit vélo rouge.

Regarder l'aînée essayer, zigzaguer et petit à petit y arriver !

Ouais, elle tient sur un vélo !!! Mais, mais... Houlà, elle tient moins bien là !

Et voir l'aînée se vautrer comme une bouse dans les graviers.

 

Donner un bisou qui guérit.

Tatouer au rouge la terrible blessure.

Passer le souffle magique.

 

Ajouter sa touche personnelle : faire un petit cœur au rouge autour de l'égratignure.

Sentir qu'on est la mère d'un super-héros, un vrai, un tatoué !

(se dire aussi qu'on est un peu magicienne... ça ne mange pas de pain).

 

Se remercier soi-même de n'avoir jamais cédé aux sirènes de la modernité et de n'avoir jamais investit dans le spray de rouge (on la sentait moyen-moyen cette innovation-là !)

 

 

Période rouge n°5 : subie encore et toujours

 

A la naissance de la petite dernière, on apprend que le rouge, c'est terminé. Passé de mode.

 

Parce que les modes et les couleurs en matière de désinfection changent, c'est la même chose que pour les positions de couchage des enfants/la diversification/les tétines/les porte-bébés/les sièges auto/les vaccins/les couches/la matière des biberons/le trotteur/les chaussures...

 

Passer au transparent, indolore, incolore et sans saveur...

 

Se débarrasser de tout ce qui ressemble de près ou de loin à une dosette d'éosine.

 

 

Et puis, un jour, après l'éviction des dernières dosettes de rouge recommandée par le médecin :

voir débarquer le benjamin, hilare et... rouge. Moucheté de rouge... Comprendre que notre éviction n'a pas été totalement efficace.

 

Ne pas crier.

Ne pas paniquer.

Respirer.

Se décider à aller dans la salle de bain.

Re-respirer calmement.

Ouvrir la porte de la salle de bain.

Constater le massacre :

Trouver le corps aussi inanimé que totalement couvert d'éosine de la super poupée de la cadette qui nous a coûté un œil (parce que, en vrai, le père Noël, ben, question investissement pécunier, il est plutôt pingre, on n'a jamais vu la couleur d'un euros de soutien de part du gros bonhomme rouge...). Pressentir que ça va être un drame vu que cette poupée, c'est justement la prunelle des yeux de la cadette...

 

Constater que le mur immaculé... (euh, presque immaculé parce que depuis qu'on a les gamins, il n'y a plus grand chose d'immaculé dans cette maison, murs y compris. Jusqu'à 1m20, ils sont de diverses teintes... mais pas blanc).

Donc, notre mur jadis immaculé, en plus des traces de chocolat (si, si, c'est du chocolat, on en est sûre), de bic, de de trucs dont on a définitivement renoncé à savoir ce dont il s'agissait...

Or donc, donc, donc, ce mur est désormais définitivement couvert de gouttelettes de rouge à genoux.

 

Regretter amèrement que les précédents propriétaires n'aient pas eu le bon goût de couvrir le mur avec de la peinture lavable.

 

 

Voir définitivement rouge.

Décider d'assumer totalement et de repeindre (quand on aura 2 minutes) les murs de notre salle de bain en rouge.

En rouge à genoux.

 

Comment ça, c'est bizarre, du rouge à genoux sur les murs d'une salle de bain ???

 

P1050168.JPG

Partager cet article

Repost 0

commentaires

louise 03/03/2012 21:48

C'est chouette le rouge ... en fond d'écran !
(mais ça fait mal aux yeux et à la tête écrit en blanc dessus: la bonne association c'est "en rouge et noir")
Ceci dit: FÉLICITATIONS; votre blog parle d'enfants et n'est même pas niaiseux ...

4enfants2bras 04/03/2012 23:03



Mille mercis !!!


Rien ne pouvais me faire plus plaisir !!!!


(hé ! j'ai changé la couleur de la police... ben, j'ai galérer pour trouver comment on faisait , mais j'ai trouvé ! Oh ! Yeah !! (bon, je n'ai pas trouvé comment changer la couleur sur les côté,
mais d'ici 6 à 8 semaines, ça devrait être réglé !)



Texte Libre

facebook_icon.1287526277.png

Recherche

Texte Libre

Archives